haftarah Aharei-Mot

5779 haftarah Aharei Mot,

Lévitique 16: 1 – 18:30

Rabbi Michel Liebermann

La coutume séfarade est de lire Ezéchiel 22: 1-16.

La coutume ashkénaze est de lire Ezéchiel 22: 1-19.

La lecture de la Torah pour cette semaine (Lévitique 16: 1-18: 30) commence «après la mort des fils d’Aaron» (Nadav et Avihou). Aaron avait pour instruction «de ne pas venir à n’importe quelle heure dans le lieu saint près le rideau,” Lévitique 16: 2). Alors que l’exclusivité de l’entrée du Saint des Saints dans le Tanakh contraste souvent avec la liberté d’entrer dans les temples des autres nations, c’est une chose dont nous devrions tenir compte ici. Les prêtres ne pouvaient pas entrer dans le tabernacle à leur guise; ils devaient entrer correctement. La Présence divine était “derrière le rideau devant le couvercle d’expiation de l’arche” et toute entrée non conforme dans la tente entraînerait la mort. Il est possible que «à tout moment, ou «leur propre caprice» puisse vouloir dire avec une kavanah (ferveur) inappropriée ou une attitude fausse, une leçon apprise de par l’épisode de Nadav et Avihou.

C’était la partie introductive, maintenant il sera question de toute autre chose.

Le psalmiste a détecté la bonne attitude et la bonne condition quand il a écrit:

Qui peut monter sur la montagne d’Adonaï?

Qui peut se tenir dans son lieu saint?

Un avec des mains propres et un coeur pur,

qui n’a pas élevé son âme en vain, ni juré faussement. (Psaume 24: 3-4)

S’adressant au peuple d’Israël (Ézéchiel 22: 1-19), Ézéchiel élève sa voix prophétique de l’Exil, prononçant non seulement l’acte d’accusation et la discipline de l’Éternel sur Jérusalem pour son iniquité et ses transgressions, mais aussi en gardant l’espoir qu’elle sera restaurée à l’avenir. Oui, Israël retournera sur sa terre.

Les versets 3 à 12 énumèrent une série d’accusations contre Jérusalem décrites comme des péchés qui sont regroupés en plusieurs groupes et mettent l’accent sur les crimes moraux et sexuels perpétrés dans la famille et la société, en mettant un accent particulier sur l’oppression des personnes socialement dépendantes et sans pouvoir, les faibles, les démunis. Le prophète accuse également la ville de profané les chabbatot et les offices sacrés. Au milieu des accusations relatives aux impuretés morales et éthiques, le Seigneur dit:“Vous avez méprisé mes choses saintes et profané mes chabbatot.”(Ézéchiel 22: 8) Le mépris ou la profanation de «choses saintes» rappelle l’incident de Nadav et Avihou. Puis il ajoute «et a profané Mes chabbatot». Ce n’est pas seulement le chabbat, c’est tous les chabbat et les autres temps de convocation (Pessah – Chavouot – Souccot – Roch Hachana – Yom Kipour…): les Mo’adim énumérés dans Lévitique 23 (et d’autres endroits).

En d’autres termes, ce n’est pas seulement les transgressions morales et éthiques qui ont entraîné le jugement de l’Éternel concernant l’Exil d’Israël – c’est aussi les transgressions rituelles. Le prophète Isaïe a déclaré comme si pour répondre à la charge d’Ezechiel :

Préservez le droit (michpat), faites la justice (tsedaka).

Car mon salut est sur le point d’arriver et ma justice (tsidkati) doit être révélée.

Béni soit celui qui fait cela, le fils de l’homme qui s’en empare,

qui empêche de profaner Chabbat, et garde sa main de faire le mal. (Esaïe 56: 1-2)

La déclaration suivante d’Ezechiel est une définition de la discipline de l’Éternel: «Je vous disperserai parmi les nations et vous disperserai à travers les terres. Je vais purger votre impureté de vous. Vous serez souillé aux yeux des nations. Tu sauras alors que je suis Adonaï.”(Ézéchiel 22: 15-16) C’est par la dispersion que l’Éternel purgera l’impureté d’Israël. Dans leur caractère distinct ou unique, ils comprendront que le SEIGNEUR est ADONAI. Ainsi, la dispersion n’est pas seulement un jugement, c’est aussi la méthode de retour et de rachat éventuel. L’Exil n’était pas simplement un jugement, c’était aussi la route. Le point de vue d’Ezechiel sur la punition exilique peut parfois aussi être compris comme une purification par la souffrance. (Pour les cabalistes, l’Egypte de l’époque de Moïse était certes le lieu de concentration d’impureté, mais c’est la souffrance qui a purifié les enfants d’Israël. Les rabbis lui donnent le terme complexe de issourim memarekim. Et comme le rappelle le Talmud Chabbat 150a, ce passage en Mitsrayim a permis aux enfants d’Israël d’être purifiés lors du don de la Thora au Mont Sinaï)

Serait-ce, en partie le kour habarzel, (le creuset de fer égyptien) évoqué lors de nos études précédentes sur Pessah. Avec toutes les accusations et le jugement dans ce passage, il est facile de relire l’espoir futur: “Parce que vous êtes tous devenus des scories, alors voici, je vais vous rassembler à Jérusalem.” (Ezechiel 22:19)

Les reproches sont formulées principalement par la proclamation d’une liste d’infractions commises par des hommes et des femmes, dans ce que Ezechiel appelle «la ville du sang versé» (22: 1), en parlant de cité de Jérusalem.

La liste des crimes est si odieuse que le mot «sang» apparaît sept fois.

Les habitants de Jérusalem sont coupables d’avoir tué des innocents. Ils ont opprimé les opprimés: étrangers, orphelins et veuves.

Les enfants ont humilié leurs propres parents.

Les abus sexuels sont monnaie courante – les gens se sont livrés à l’adultère et à l’inceste et ont couché avec des femmes qui ont leurs règles (niddot).

Le pire de tout, l’Eternel conclut: “Tu m’as oublié”(22:12).

Dieu ne laissera pas ces actes impunis, promet Ezechiel. Il raconte les plans divins: «Je vais vous disperser à travers les terres; Je vais extirper la souillure qui s’est attachée à toi. Tu seras déshonoré aux yeux des nations et tu sauras que je suis le Seigneur» (22: 15-16).

Les communautés ashkénazes lisent trois versets à la fin de la haftarah qui se terminent par les paroles de Dieu: «Je vous rassemblerai à Jérusalem» (22:19). Vraisemblablement, ces versets sont inclus afin que la haftarah se termine sur une note positive!??

Cependant, dans les versets suivants (non inclus dans la haftarah), il devient évident que les plans divins pour rassembler le peuple à Jérusalem ont pour but de le punir: «Oui,Je vous rassemblerai et je vous brûlerai le feu de ma fureur. et vous y serez fondus» (22:21).

Cette suite cruelle de la prophétie ne semble pas avoir dérangé ceux qui ont choisi les versets qui concluraient la haftarah.

Rabbi Michel Liebermann

ut id elit. risus. nunc ut venenatis, consectetur