Haftarah Vaera

5779 Haftarah Vaera Ezéchiel 28:25

rabbi Michel Liebermann

La haftarah de cette semaine commence par la mention du rassemblement des exilés, faisant écho à la promesse de Dieu mentionnée dans le passage de la Torah: “Je vous ferai sortir des souffrances de l’Égypte”. Le prophète discute ensuite de la décimation de Pharaon et de l’Égypte, qui rappelle le thème principal de la partie de la Torah – la dévastation que l’Eternel a infligée à l’Égypte. Le prophète Ezekiel commence par décrire ce qui se passera lors du rassemblement des exilés. “Quand je serai dans la maison d’Israël, parmi les peuples parmi lesquels ils ont été dispersés, et que j’ai été sanctifié par eux aux yeux des nations, ils habiteront sur le pays que j’ai donné à mon serviteur à Jacob. Et ils y habiteront en sécurité … ”
Le prophète transmet ensuite une prophétie concernant Pharaon et l’Égypte, annonçant la chute de l’empire égyptien.
Pourquoi l’Égypte méritait-elle cette punition ?
a) Ils avaient renié leur promesse de venir en aide à Israël contre les Babyloniens attaquants.
b) Ils avaient une arrogance incroyable, se considérant ne pas dépendre de l’Eternel attribuant leur succès à la prime que leur offrait leur Nil déifié.
Par conséquent, le prophète Ezekiel avertit: “Et le pays d’Egypte sera dévasté et en ruine, et il saura que je suis le Seigneur! Parce qu’il a dit:” Le fleuve est à moi, et je l’ai fait. ”
– par la bouche du prophète, l’Eternel met en garde que la terre d’Égypte sera vide et désolée pendant quarante ans, après quoi l’Eternel ramènera le peuple sur la terre pour la réhabiter, mais ce ne sera plus une nation importante avec laquelle il faudra compter.
Le thème de l’Exode fait apparaître aux yeux du peuple d’Israël et du peuple Égyptien la maîtrise absolue de l’Eternel en tout. La nature d’une relation esclave / maître est pour que l’esclave soit dépendant du maître et que le maître se sente propriétaire d’un esclave. Au moment de l’Exode, Pharaon devait être, pour ainsi-dire humilié par rapport à sa posture de « maître décidant de la vie et de la mort de ses sujets, et ici entre-autres, des esclaves hébreux », dans le récit ce seront les hébreux qui seront libérés de leur dépendance à l’égard de l’Égypte et, devenant le peuple de l’Alliance (la berit), les Bené Israël devraient dorénavant diriger leur allégeance à l’Eternel, et à Lui seul.
L’Égypte a conservé sa position de puissance mondiale dans l’ère du premier Temple. Ce sera, dans notre haftarah que la puissante Babylone humiliera l’Egypte et la dépouillera de sa position de grande puissance internationale.
Le prophète Ezéchiel a prophétisé la chute de l’Égypte autour de – 429. Il a comparé l’Egypte à « un grand monstre marin qui dominait la mer. Le pêcheur a attrapé le monstre marin avec tous les autres poissons qui s’accrochaient au monstre vaincu et les a traînés dans le désert pour les pourrir et devenir une nourriture pour les bêtes des champs et les oiseaux du ciel ». De même, il en ira en Égypte et aux enfants d’Israël qui avaient formé une alliance impie avec l’Égypte contre la puissance de Babylone. Nevuchadnetzar (en français Nabuchodonosor) finira par détruire l’Egypte avec Israël qui s’était attaché à l’Egypte pour se protéger.
Nous voyons poindre le conseil des Sages : pour que le Juif soit vraiment libre de toute domination et oppression étrangères, il devra accepter sa « dépendance », et sa confiance en l’Eternel, et Lui seul.

rabbi Michel Liebermann

felis felis Curabitur ipsum eleifend ut tristique