VAYERA

GENESE XVIII,1 – XXII,24 vayéra

rabbi Michel Liebermann

Une des grandes leçons que nous délivre la Texte de cette semaine touche à l’équilibre. Le peuple juif a le don de garder son équilibre malgré les extrêmes. Les juifs, à travers le temps ont toujours poursuivi de grands idéaux, mais ils sont aussi réalistes et pragmatiques. Les juifs sont sensibles à la spiritualité, avec une longue liste de prophètes et de visionnaires – mais savent aussi garder les pieds sur terre. Ils sont plongés dans l’étude de la Torah sacrée, mais savent aussi comment gagner leur vie et créer un environnement familial chaleureux et accueillant.

Cette capacité à équilibrer la spiritualité et le niveau pratique de la vie remonte à Abraham et au thème d’ouverture de notre paracha (Genèse chapitres 18-22). Abraham vient d’être circoncis et est assis à l’entrée de sa tente, dans les plaines de Mamré, dans la chaleur du jour.

Dans le judaïsme, au huitième jour a lieu le rituel de la circoncision (ou plus tard si la santé de l’enfant en serait compromise). Selon le commandement divin donné dans la Genèse, elle symbolise, par le marquage physique de l’enfant, le signe de l’Alliance biblique conclue entre Dieu et la descendance d’Abraham : «Dieu dit à Abraham […] ‘Voici mon alliance que vous garderez entre moi et vous, et ta trace après toi : tout mâle d’entre vous sera circoncis. Vous serez circoncis quant à la chair de votre prépuce et cela deviendra le signe de l’Alliance entre moi et vous, suivant vos générations… Ainsi mon Alliance dans votre chair deviendra Alliance perpétuelle’ » (Gn. 17, 9-13).

À ce stade seulement, après la circoncision la Présence du divin a été révélée à Avraham.

Maintenant, l’idée que Dieu soit révélé à quiconque est un concept très frappant. Évidemment, cela signifie une sorte d’état de conscience intense. Abraham l’avait déjà expérimenté, comme nous le voyons dans paracha de la semaine dernière (Beréchit 17: 1-3). Là, il nous dit que “Abram s’est prosterné face contre terre, et Dieu lui a parlé” En revanche, dans notre Texte quand Dieu est révélé à Abraham, il est assis calmement à l’entrée de sa tente.

Un indice de l’intensité de la révélation divine à Abraham s’exprime dans l’idée que cela se produisait “dans la chaleur du jour”. L’intensité du soleil se rapporte, disent les cabalistes, à l’intensité de la révélation spirituelle (en hébreu hitgalout) qui se déroulait.

Néanmoins, Abraham continua de rester calme et serein comme au début. Il n’y a aucune indication que cette « Révélation » a été expulsée de son esprit. Il semble avoir été capable d’équilibrer la Révélation exaltée et intensément spirituelle du Divin, tout en restant une personne hospitalière, assise à l’entrée de sa tente et cherchant à accueillir les voyageurs. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui : la position d’accueil. De là nous apprenons un adage essentiel : « aucune mitsva ne sert d’alibi ou de prétexte pour ne pas en faire une autre ».

Les rabbis, se basant sur nos textes nous disent que « c’est parce qu’Avraham a été circoncis qu’il est porteur de mitsva, et qu’il est dans l’équilibre». La Brit, signifiant l’Alliance avec Dieu exprimée par Brit Milah (circoncision dans l’Alliance), a permis à Abraham de garder son équilibre quand Dieu lui a été révélé (voir le commentaire du Yalkout Chimoni).

Alors la question se pose : pourquoi la circoncision (berit milah) aurait-elle cet effet? Une explication est parce qu’elle établit un pacte entre Dieu et la partie la plus physique de la personne. Cela donnerait à la personne la capacité d’atteindre le plus haut niveau du sacré tout en gardant les pieds sur terre.

Alors pour l’ensemble du peuple d’Israël comment comprendre cela ? Pour les hommes, la milah. Et pour les femmes ? Selon la majorité des rabbis du Talmud, pour un homme, rentrer dans l’alliance de la circoncision exige une opération physique. En revanche, une femme juive est considérée comme étant née circoncise. Elle est née avec la capacité d’équilibrer la sainteté avec la réalité de la vie quotidienne.

Un autre aspect de la Brit, de l’alliance qui équilibre la sainteté et la réalité quotidienne, est qu’elle a le pouvoir d’affecter non seulement le corps physique mais aussi le monde en général. Le meilleur exemple concerne la Terre sacrée d’Israël. Les Sages nous disent que, par le mérite de l’Alliance de la Circoncision, le peuple juif a pris possession de la Terre Sainte (Rachi à Genèse 17: 2). Ils ont été capables de transformer la Terre de Canaan en Terre sacrée d’Israël, la Terre où le Divin est le plus intensément révélé. C’est le but du peuple juif dans le monde: unir la sainteté et la réalité quotidienne, y compris la chair physique et la terre physique, avec équilibre, tendresse et joie.

Plus tard, avec Moïse, le Texte continue : (Lévitique 12,2) : « Le huitième jour, la chair de son prépuce sera circoncise.» Ce qui nous fait comprendre que l’acte de la circoncision, qui marque le parachèvement du corps, est un acte humain. Cela nous enseigne que notre perfection spirituelle, affective, morale et éthique exige l’effort humain et que personne ne peut le faire pour nous.

Au cours de sa vie, une personne est amenée à établir de nombreux partenariats. La plupart de ceux-ci, à un moment donné, se termineront naturellement ou seront rompus par l’une des parties. La brit milah, la circoncision rituelle, est un symbole de notre partenariat avec l’Eternel. Gravée dans la chair de notre corps physique, l’alliance ne sera jamais terminée ni oubliée.

Pour Abraham et ses descendants, la circoncision devint un signe de l´accord entre Dieu et Israël. Mais, quel est son objectif ? Le rite en lui-même n´est pas nouveau. Les égyptiens et beaucoup d´autres nations de l´ancien Proche – Orient le pratiquaient, probablement à la puberté. La Tora l´adopta, mais la déplaça quelques jours après la naissance.

La circoncision est une affirmation sur l´aspect incomplet, l´imperfection même de la création de l’humain par l’Eternel. L´humanité fut pratiquement détruite par l’Eternel dans un élan d´exaspération. Mais pas une seconde fois. Cette fois, l’Eternel choisit le chemin pédagogique, une nation de professeurs et de modèles. Le mandement de circoncire commence immédiatement après la bénédiction d´Hagar dont le fils Ismael “sera indomptable parmi les hommes. Sa main se lèvera contre tous et la main de tous contre lui ( Genèse 16 : 12 ). Alors quelle alternative pour son « frère Itshak ?

Pour moi, la descendance d´Itshak doit offrir une alternative plus noble et plus proche de l’Eternel, ses passions plus contrôlées. Dans son état normal, l´homme est une créature de passions excessives. La circoncision est un acte de soumission vers un idéal plus élevé que la pure survivance. C´est un acte d´autodiscipline et un renoncement aux instincts primitifs. A la naissance nous entrons dans une société dont l´intention est de “circoncire le coeur comme le disent nos prophètes (oumaltèm èt levav’hèm, vous circoncirez votre coeur). C´est alors seulement que le processus de la création se complète. Il ne faut pas se demander pourquoi la cérémonie de la circoncision a survécu, elle embrasse l´essence primaire du message de la Thora et de l’esprit du judaïsme.

Rabbi Michel Liebermann

 

at efficitur. elit. et, eget lectus quis velit, amet, Sed